h répond au...

recueilli par Christophe Demagny (avril 2005)

Sophie Calle est une artiste contemporaine particulièrement réputée. Elle a mis sur pied un questionnaire sur le modèle de celui de Proust, en un peu plus décalé... Steve Hogarth a gentiment accepté d'y répondre, nous proposant ainsi un bon moyen de le découvrir encore un peu plus (h, pas le questionnaire...), un homme, vous allez le lire, toujours plein de doutes...:o)

Quand êtes-vous déjà mort ?
Nous sommes TOUS déjà morts. Je l'ai frôlée à bord d'un bateau sur la Mer du Nord à mi-chemin entre la Suède et la Hollande après avoir été salement coupé en essayant d'interrompre une bagarre (enfin, plus une tentative de meurtre qu'une simple bagarre !). Je me suis retrouvé, âgé de 19 ans, en train de saigner à mort sur un bateau sans médecin à au moins douze heures de la terre ferme. Finalement, deux matelots m'ont recousu sur une table (Note: cela explique d'ailleurs les petites "poupées" que Steve a ensuite portées en concert à certains doigts par superstition pendant de nombreuses années).

Qu'est-ce qui vous fait lever le matin ?
La peur de manquer quelque chose. Cela prend du temps à développer...

Que sont devenus vos rêves d'enfants ?
Je vis ceux qui sont bons. Heureusement, les cauchemars ne se sont encore jamais réalisés.

Qu'est-ce qui vous distingue des autres ?
Le fait d'être persuadé que nous sommes tous identiques.

Vous manque-t-il quelque chose ?
La prudence, le recul, la patience et... un coup à boire. C'est ta tournée !

Pensez-vous que tout le monde puisse être artiste ?
Tout le monde peut se prétendre artiste (ou journaliste) et c'est très difficile pour les autres de le nier. Mais je pense que très peu de personnes le sont vraiment. J'aspire à en être un. Parfois, je pense que je ne fais que le prétendre. Cela dépend de la manière dont tu définies l'art. Si c'est juste le reflet d'une expression intime, alors chacun peut être un artiste. Si cela requiert de la sensibilité, une vraie originalité et une grande technique, alors cela exclut 99,9999 % d'entre nous.

D'où venez-vous ?
Mon corps vient du "Lake District", au nord de l'Angleterre. Mon esprit vient du Brésil.

Jugez-vous votre sort enviable ?
Au jour d'aujourd'hui, oui.

A quoi avez-vous renoncé ?
Oui (Note: Merci Steve !).

Que faites-vous de votre argent ?
Je garde ma famille "vivante", dans un certain confort. J'achète de la technologie numérique, de l'art, "the occasional magic carpet" (Note: comprenne qui pourra...), des installations lumineuses (une faiblesse) et je paye des taxes au gouvernement anglais qui les utilisera pour jeter des bombes sur d'innocents arabes.

Quelle tâche ménagère vous rebute le plus ?
Les tâches ménagères ne sont pas si pénibles. Je déteste les papiers administratifs, tout ce qui est classement...

Quels sont vos plaisirs favoris ?
Faire l'amour, chanter en concert, boire des cocktails au soleil. Plus que tout, rire... spécialement en faisant tout le reste.

Qu'aimeriez-vous recevoir pour votre anniversaire ?
Une bonne bouteille de "Gewurstraminer Grains Nobles" et pouvoir la boire tranquillement dans mon jardin avec mes amis. C'est aussi simple que ça, mais c'est rare. Tiens, c'est ce que je suis en train de faire en écrivant ! "Lucky bastard".

Citez trois artistes que vous détestez.
S'ils étaient artistes, je ne pourrais pas les haïr.

Que défendez-vous ?
La vérité, la passion, l'équité, la planète.

Qu'êtes-vous capable de refuser ?
"Fish and chips. Tripe and onions." (Note: Pas besoin de traduire, non ?)

Qu'avez-vous été capable de faire par amour ?
De me mettre en morceaux.

Que vous reproche-t-on ?
De dire "non" aux mauvais moments et de ne pas dire "non" aux bons.

A quoi vous sert l'art ?
Un chemin vers un esprit libre et par conséquent vers la vérité.

Rédigez votre épitaphe ?
Ici repose Mr. h, profondément terrassé.

Sous quelle forme aimeriez-vous revenir ?
En Steve Hogarth. Mais recommencer ne m'intéresse guère.

 

[Retour au sommaire]